La Banniere Publicitaire de Presse des Jeunes: Annonceurs, Entreprises, cette bannierre est à votre disposition pour toute insertion publicitaire.Pour toutes informations, veuillez nous contacter au +224 620 27 29 53 /+224 655 72 62 23 / +224 664 39 46 78 Conakry, Rép. de Guinée, West Africa. titre pj

les précedentes publications de presse des jeunes

 [nextpage title= »Presse des Jeunes du 31 Décembre 2017″ ]PRESSE DES JEUNES SOUHAITE UNE BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2018 A TOUS LES JEUNES DE GUINEE ET D’AILLEURS[/nextpage]
[nextpage title= »Presse des Jeunes du 24 Décembre 2017″ ]JOYEUX NOEL A TOUTES ET A TOUS !!![/nextpage]
[nextpage title= »Presse des Jeunes du 14 Juillet 2017″ ]

COUCOU !!!NOUS REVOILA !!!

APRES PLUSIEURS JOURS D’HIBERNATION, POUR  EMPECHER LES SPAMMEURS DE VANDALISER VOTRE SITE PREFERE! EN CE MOMENT ILS SONT BLOQUES ! LE SERVER N’EST PAS ATTAQUE.

MAIS ATTENTION CE NEST PAS FINI NOUS TRAVAILLONS TOUJOURS POUR LES ERADIQUER COMPLETEMENT. CAR LES PIRATES SONT DES DURS A CUIR!

POUR PREVENIR ET EVITER TOUT PROBLEME EVENTUEL, L’INSCRIPTION  SUR LE SITE A ETE DESACTIVEE MOMENTANEMENT JUSQU’A LA SECURISATION COMPLETE DU SITE.

VOUS POUVEZ  EN ATTENDANT LIRE LES ARTICLES ET VISITER LES PAGES DE VOTRE SITE!!!

MERCI DE LA COMPREHENSION ET DE LA PATIENCE.

[/nextpage]
 [nextpage title= »Presse des Jeunes du 14 Juin 2017″ ]

QUE L’ADMINISTRATION MINIÈRE NOUS AIDE A TROUVER DE L’EMPLOI POUR CETTE JEUNESSE !!!

Dixit Dr Diaby Fodé, Coordonateur du Projet SBDT lors de la dédicace de son livre intitulé ‘’Regards sur le Secteur Minier Guinéen’’ à la Bluezone de Conakry, dans le cadre de l’evenement culturel ‘’Conakry, Capitale Mondiale du Livre (Avril 2017). Cet ouvrage traite de plusieurs problèmes miniers, mais  aussi et surtout  de l’emploi des jeunes dans ce secteur.

 « Que l’administration minière nous aide à trouver de l’emploi pour cette jeunesse ! 300 permis de recherche nous permettent d’avoir au minimum 300 Millions de dollars en raison de 1 Millions de dollars par investissement. Il peut faire profiter les populations, construire une école, un forage et autre chose pour la communauté. 300 permis, 300 Millions de dollars. Même s’il utilisait 10 personnes, il a 3000 personnes. 3000 travailleurs, cela est un acquis incommensurable pour résorber le chômage. Chaque pays cherche à se développer à partir de son génie créateur. Il faut  qu’on cherche à valoriser les acquis. Le secteur minier est complètement  abandonné par les services techniques  par manque de moyens. Il faut redéployer les jeunes à l’intérieur du pays. En instaurant des programmes de recherches à l’intérieur du pays on pourra résoudre nos problèmes. » Affirmation de Dr Diaby pour selon lui pouvoir résorber le chômage dans le pays.

Mais avant, à l’introduction de cette dédicace, Dr Ahmed Tidiane SOUARE, ancien Ministre des Mines et Ancien Premier Ministre qui a présidé la dédicace, a précisé que Dr Diaby a tenté de mettre le doigt sur la plaie du secteur minier et l’ensemble de ses pesanteurs, dont l’absence de recherche géologique :

 «  Et pourtant c’est cette recherche géologique qui permet de faire la diversification, permet de faire  la valorisation de nos gisements. C’est une catastrophe pour un pays à vocation minière. Il n’y a pas de laboratoire. Il n’y a même pas d’échantillon catalogué qui permette de retracer  l’histoire au quaternaire !!! »

Dr Souaré a aussi fait allusion au fait que nous devrions avoir nos propres alumineries et dénoncé la misère qui côtoie paradoxalement nos richesses et potentialités minérales.

A la séquence des interventions et questions, plusieurs participants à cette dédicace ont posé des questions ou faits des témoignages.

Notamment Elhadj Sedna Nansoko, ancien Directeur du Bureau d’études et de Stratégies du Ministères des Mines et de la Géologie, a félicité Dr Diaby pour avoir eu le courage de publier son ouvrage, et na pas manqué de rendre hommage au modérateur de cette dédicace, le Ministre Ingénieur Ibrahima Soumah pour la signature de la convention GAC (plus de 20 heures de négociations).

El Hadj Shita Directeur adjoint du Bureau de Stratégies et de Développement du Ministère des Mines, s’est interrogé sur ce que sont advenu des quantités d’or  et les terres que les ancien Rois du Mali, notamment Kankou Moussa 1er et Askia Mohamed  lors de leurs nombreux pèlerinages à la Mecque ont laissés aux futurs pèlerins dont nous dérivons. Est-ce que nos autorités ont cherché à savoir ce que sont devenus ces domaines achetés.

D’autres témoignages ont suivi notamment celui de El Saidou Diallo ancien Inspecteur des Mines qui a posé la problématique des nouvelles mesures correctives pour la relance du secteur minier ; et enfin Mr Yansané, Fondateur du CPDM s’est interrogé sur l’utilisation du peu qu’ont rapporté nos mises.

Aux  réponses des questions posées et des témoignages apportés par les uns et les autres, Dr Diaby a commencé par dire que son ouvrage est une référence en matière de mines, car il traite de tous les problèmes. Il a demandé à tous de se procurer ce document, de le lire pour y trouvez des propositions de solution.

Dr Diaby a abordé la question de l’exploitation artisanale soulevée par un participant à la dédicace. Il a précisé  que 17 pages dans son ouvrage ont été réservées à cette question de l’exploitation artisanale qui mérite d’être étudié profondément car elle soulève l’épineuse question  des moyens de subsistance durables que sont l’agriculture, l’élevage, l’artisanat.

Les ressources de l’état s’amenuisent. Selon Dr Diaby, cela est du à plusieurs facteurs, dont les explications se trouvent dans son ouvrage.

Pour la relance du secteur minier guinéen Dr Diaby a affirmé qu’il faudrait que la Guinée marque sa présence sur le marché mondial de la bauxite, sinon ce sont d’autres pays qui prendront notre place, et nos mines ne serviront qu’à faire des briques pour la construction.

L’auteur du livre ‘’regards sur les mines’’ a précisée aussi que c’est le code minier de 95 qui régit le secteur minier, car c’est en ce moment là que toutes les sociétés minières se sont installées et les conventions ont été signées, c’est une dérogation à la loi et la loi n’est pas rétroactive.

Pour terminer Dr Diaby a levé un petit coin du voile sur la SBDT (entendez Société des Bauxites de Dabola Tougué) dont il est le coordonateur. Selon lui ce projet a exploité la bauxite, la transporté jusqu’à Conakry, mais pour une question de rentabilité économique le système de pipe a été choisi. Mais malheureusement les autorités d’alors n’ont pas accepté que ce projet voit le jour.

Et Dr Diaby de terminer son intervention dans l’amertume : « On ne peut pas exceller dans un domaine qu’on ne maitrise pas ! Le Ministère des Mines et de la Géologie est avant tout un secteur technique ! »

Dr Ahmed Tidiane Souaré a conclu la séance en remerciant et en félicitant Dr Diaby pour son courage, son initiative et surtout pour la prouesse d’avoir réuni dans un même livre un grand nombre de problèmes miniers.

Nous y reviendrons sur cet ouvrage dans les  plus détails dans nos prochaines publications.

Par S@int-Scribe. Tél : (+224) 620-27-29-53 / 655 72-62-23

[/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 26 Janvier 2017″] DES ELEVES ET DES CONTRACTUELS MANIFESTENT DANS LES RUES DE KALOUM !! IMG0060A [/nextpage] [nextpage title= »Presse des Jeunes du 30 Décembre 2016″]

 A L’OCCASION DE LA NOUVELLE ANNEE QUI COMMENCE, PRESSE DES JEUNES  SOUHAITE A TOUS LES JEUNES DE GUINEE ET DU MONDE ENTIER: 2017 FOIS SANTE, BONHEUR, 2017 FOIS SUCCES DANS LES ETUDES, LA FORMATION ET LA RECHERCHE DE L’EMPLOI ! QUE LA NOUVELLE ANNEE 2017 QUI COMMENCE VOIT S’EXHAUCER LES VOEUX LES PLUS CHERS DES PRIERES QUOTIDIENNES DE TOUS LES JEUNES !!!

[/nextpage] [nextpage title= »Presse des Jeunes du Lundi 28 Novembre 2016″ ]

Presse des Jeunes du Lundi 28 Novembre 2016                                   la une


LES JEUNES DU QUARTIER CAMEROUN POURRONT ILS SAUVER LEUR PLAGE DE LA CAMMAYENNE

Des jeunes dans le quartier Taouyah luttent pour sortir du img_20161202_182033désoeuvrement en s’impliquant dans l’assainissement!

lire à la page 3

 img_20161202_182033

Page 2.



Presse des Jeunes du Lundi 28 Novembre 2016                                   la une

ALLER A LA PAGE  2

[/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du Lundi 14 Novembre 2016″]

Presse des Jeunes du Lundi 14  Novembre 2016

A KALOUM, LE MINISTRE  YERO BALDE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FAIT TABASSER DES JEUNES ETUDIANTS PAR DES POLICIERS !

 

abdoulaye-yero-balde-ministre-de-lenseignement-superieur-400x372Ce lundi des bacheliers manifestent contre la mauvaise orientation dont ils sont victimes. Mais en dépit de cela le Ministre de l’enseignement supérieur les invite pour les brutaliser. Nous nous sommes rendu sur les lieux pour un constat et rencontrer quelques uns de ces manifestants.

Presse des Jeunes : Quel est le motif de votre manifestation ?  A.D : C’est à cause des mauvaises orientations ! Des orientations forcées pour etre plus precis. Moi par exemple j’ai fais les sciences mathématiques et on m’a orienté dans une école professionnelle. Il ya certains qui ont fait les sciences sociales et qui se retrouve en physique pur, et certains qui ont maths physique, ils se retrouvent en histoire. Alors nous sommes venus pour revendiquer par ce que c’est notre droit. C’est le ministre lui-même qui nous a dit de venir . Mais ça trouve qu’il a déjà preparé les forces de l’ordre pour nous attendre.  P.J : C’est le ministre lui-même qui vous a dit de venir ? AD : Oui c’est lui-même et il a appelé les forces de l’ordre pour nous attendre derrière la cours. Ils nous ont tabassé. Ils ont même emprisonné deux d’entre nous ! L.S : Nous avons décidé de revendiquer depuis trois jours à propos de notre orientation. Nous avons fait nos choix . Mais on a vu que là où on fait les choix c’est pas la bas qu’on nous a envoyé. C’est pour quoi nous somme venus ici au ministère pour exprimer notre mécontentement pour qu’on nous rétablisse dans nos droits. Nous avons rencontré le ministre, il nous a convaincu d’aller à l’intérieur et il nous a dit que les choix dépendent des notes. Ce que je pense qui est archi faux. Car j’ai été bien classé mais je n’ai obtenu aucun de mes choix ! Je suis frustré parce que on a pas respecté mon choix ! Presse des Jeunes : Comment se fait-il qu’il ya eu de la violence ici ? Bous avons appris que les policiers vous ont tabassé ! L.S : Oui Depuis le pont 8 Novembre Notre lieu de regroupement, les policiers nous ont dispersé. Ils ont pris trois de nos amis. Ils ont pris nos bandéroles. Presse des Jeunes : Est-ce que c’est le ministre qui a envoyé les forces de l’ordre ? L.S : Oui c’est le ministre en personne qui l’a dit. Le représentant des forces de l’ordre  nous a dit que le ministre  a donné l’ordre  d’empêcher les enfants de manifester. Donc c’est lui qui a ordonné qu’on arrête les étudiants. C’est lui qui a donné l’ordre de nous tabasser. Presse des Jeunes : est ce qu’il vous a dit pourquoi il vous a empeché? L.S : D’après lui ici il ya la Banque Centrale, il ya la Présidence, donc c’est pas un lieu où il faut manifester. C’est un lieu de travail pas un lieu de manifestation. A.K : (un parent d’eleve) : J’ai suivi avec regret et humiliation la manisfestation des étudiants qui grevaient mains nues. Dans le véhicules vers le pont du 8 Novembre on a vu des  policiers tabasser des étudiants et des étudiantes. Certaines personnes dans les vehicules ont déplorée cet acte et demandé à ces policiers d’arreter. Actuellment le calme semble etre revenu ! Nous y reviendrons ! Par S@int-Scribe (+224) 620-27-29-53/ 655 72-62-23

[/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 05/08/2016″ ]

L’ONG ‘’JEUNES SOLIDAIRES DE GUINEE’’  RENFORCE LES CAPACITES DES JEUNES GUINEENS A LA BLUEZONE DE KALOUM.

 C’est avec honneur et dans une salle pleine à craquer que l’ensemble des membres du bureau exécutif de l’ONG dénommée Les Jeunes Solidaires pour le Developpement en Guinée ont tenu une conférence débat d’échange dans le cadre du renforcement des capacités  des jeunes et LES sensibiliser sur la nécessité d’une paix durable, le Vendredi 02 Septembre 2016 de 15 h à 18h à la Bluezone de Kaloum dans la grande salle de lecture.   Cette conférence s’est deroulée en quatre étape, majeure que sont, les explications des objectifs de l’ONG, l’intervention du conférencier, Mr THIAM Oumar, une pause café et la dernière le point de vue, inquiétude et amendements des participant sur le thème de la conférence Votre site Pressedesjeunes.org assisté à cette conférence et vous livre un compte rendu. Saa Michel Bongono (Chargé des Affaires Sociales ,Relations Extérieures de l’ONG JSDG) : Nous somme là aujourd’hui en tant que membres de la structure Jeunes Solidaires  qui est une structure de jeunes diplômés dans de diverses domaines réunis pour exécuter des projets à long termes, qui a une vision autour d’un idéal de paix, de progrès des jeunes Guinéen. Car le management, la promotion, la communication sont des initiatives qui permettent à des jeunes de se prendre en charge car une jeunesse bien formée, bien informée est une jeunesse émancipée. En vérité nous les jeunes Solidaires avons organisé cette conférence pour se faire connaitre et se faire des partenaires.   Mamadou Sidi BARRY : Je suis le Secrétaire Général de l’ONG JSDG comme la dit mon ami Bongono Michel, nous sommes là aujourd’hui pour notre conférence débat d’échange pour se faire connaitre, aussi nos domaines d’intervention sont la Santé, l’Education, la Sensibilisation, le Marketing Social à travers l’organisation de conférences , galas de football, meeting etc. Donc je lance un appel au gouvernement de ce pays de nous écouter et de nous soutenir, car nous voulons nous impliquer dans le processus du développement de la Guinée.                                                   Baldé Mamadou Tahiré (Président de l’ONG JSDG) Aujourd’hui , notre pays regorge de beaucoup de potentialités qu’elle soient publiques ou privées. Pour ce faire, nous avions constaté Que sans la paix pas de progrès, c’est pour quoi notre ONG de jeunes diplômés a pris la décision de sensibiliser la jeunesse de Guinée. Et ce conformément aux objectifs de notre structure. Cette conférence vise également à faire la promotion des bailleurs de fonds en associant leur image tout au long de la sensibilisation à travers des tee-shirt, dépliants et supports, sans oublier une large couverture médiatique des activités, voilà les raisons d’être de ce projet. Notre conférence vise le renforcement des capacités des jeunes, les pousser à entreprendre des activités génératrices de revenus afin de vivre dans la dignité. Selon moi la réussite n’est pas un fait du hasard, alors il faut travailler pour réussir. Pose-toi une question : Qu’est ce que je dois faire ? Organiser les jeunes dans ton propre quartier ou ta propre famille. Ensuite tenter de trouver des partenaires, tu peux aussi monter des projets, et si tu n’as les compétences requises, tu peux faire appel à une compétence extérieure. Les jeunes doivent savoir que tous les savants, experts footballeurs, écrivains, hommes de lettres qui ont réussi, ont commencé avec rien. Ce n’est pas que l’argent, l’argent est un instrument de réussite. C’est le résultat qui compte pour un homme. Quand vous jeter un coup, partout dans le monde, on parlera de KPC qui est un modèle qui a commencé avec rien et qui est devenu l’un des plus grands entrepreneurs de l’Afrique. On peut citer aussi Socrate, Albert Einstein, Lionel Messi, Nelson Mandela qui tous commence à partir de rien et qui sont parvenu à faire de grandes choses. Alors tant que humanité existe on parlera d’eux. La conférence à pris fin de 18h. Compte rendu de Mamadou Tahiré BALDE

[/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 29/08/2016″ ]

LES JEUNES DE CAMAYENNE LANCENT LEUR CRI DE COEUR: AIDEZ NOUS A AVOIR NOTRE PLAGE… CEST UNE BEAUTE QUE NOUS AVONS! C’EST UN BIJOU!!

LES JEUNES DU QUARTIER CAMAYENNE-CAMEROUN A TRAVERS LEUR ASSOCIATION SOPPOSENT A UNE ENTREPRISE CHINOISE QUI VEUT CONSTRUIRE SUR LEUR PLAGE EN LEUR PRIVANT DE LEUR ESPACE VITAL ! LES REPRESENTANTS DE CETE ASSOCIATION DES  JEUNES POUR LE DEVELOPPEMENT DE CAMAYENNE  SONT CONFIANTS QUAND AU COMBAT QU’ILS SONT ENTRAIN DE MENER . ILS NOUS RELATENT LEUR DEMARCHES POUR OBTENIR GAIN DE CAUSE !

 

Presse des Jeunes : Quelle est la situation actuelle de vos démarches ?

 Barry Télico : Par rapport à nos démarches, il ya en eu  plusieurs, déjà depuis en 2011 le président de la jeunesse de camayenne a mené des démarches dans le sens qu’on puisse nous restituer le terrain de proximité juste en face de la paillotte, ce terrain que la jeunesse de Cameroun aurait mis au service du ministère de travaux publics à travers Bolloré Satom. Donc après les travaux  de cette société à un moment on a démarré nos démarches, il  ya eu beaucoup de courriers qui ont été adressés aussi bien au ministère des TP qui d’ailleurs avait répondu à cette requête mais aussi il ya eu plusieurs requêtes qui ont été adressées au ministère de la jeunesse, au gouvernorat, de mairie ainsi de suite. Donc ça c’est le président de la jeunesse de Cameroun Mr Touré s’est longuement battu pour déjà que la jeunesse de Cameroun puisse rentrer en possession pour qu’il puisse l’utiliser  afin de faire des activités sportives. Bon entretemps il ya la plage de Cameroun qui est la juste en face de la Cour Suprême. Depuis un certain temps , là c’est un cri de cœur de la jeunesse aussi bien de Cameroun que de la Cité Ministérielle de Dixinn, Landréah, même du Bloc des Professeurs, dans la mesure où tous les jeunes viennent faire des activités sportives, vous-même là vous vous le constatez, malgré que c’est la marée haute, mais quand c’est la marée basse, vous verrez qu’il ya plus de 1000 jeunes qui viennent fréquenter ce site, et ceci il faut accompagner cette jeunesse à pouvoir se recréer se divertir, à pouvoir faire une activité sportive, puisque ça permet non seulement de les  cadrer, ça permet de les sauver. Puisque moi je suis né  grandi dans ce quartier. J’ai vu à un moment lorsqu’on nous pris le terrain de la paillote que y avait des travaux au niveau du camp Boiro et lorsque le mur  que vous voyez au niveau de l’hôtel Camayenne,  ce qui fait que à un moment donné et la jeunesse de camayenne et de Cameroun. LàIMG_20160829_164339 où Satom fait son chantier. Et aujourd’hui les travaux sont terminés. Donc nous demandons humblement à ce qu’on nous aide. C’est un cri de cœur. Nous demandons à ce qu’on nous restitue ce terrain pour pouvoir sauver des toute une génération. Parce que si ces jeunes ne sot pas sauvé à travers ces différents site, ça veut dire que se sont des jeunes qui seront abandonnés à eux même. je le dis en connaissance de cause. Puisque je suis jeune et je suis éducateur aussi . Nous savons que lorsque la société fuit ses responsabilités, forcément c’est la rue qui prend le relais. Et lorsque cela arrive, il ne faudrait pas que la société soit surprisse que la culture, la réaction des jeunes soit contraire à la norme imposée par les différentes sociétés. Donc ça crée là ce qu’on appelle une contradiction. Donc c’est pourquoi nous jeunes de Cameroun, compte tenu de ce que nous avons vu, nous sollicitons vraiment qu’on nous laisse notre plage, qu’on nous restitue notre terrain de proximité. Mais aussi nous lançons un appel pour qu’on nous aide aussi à avoir une maison de jeunes. Parce que Cameroun, voyez les immeubles émergent, les immeubles sortent de terre. A chaque mois il ya un chantier. C’est devenu un quartier huppé de la capitale. Mais il ne faudrait pas que nous jeunes de Cameroun que nous voyons le bonheur chez le voisin et que nous même n’avons même pas où nous épanouir. Donc dans une première phase, vraiment c’est de demander aux chinois, c’est de demander à l’état aussi de nous accompagner et de nous….

Presse des Jeunes : Mais les Chinois ont obtenu un papier de l’Etat pour pouvoir construire sur ce site…

IMG_20160829_175456Touré Alseny : Je ne pense que c’est l’état qui a donné le papier aux Chinois. Il ya des individus derrière ça qui peuvent dire que c’est l’état. Lors du passage de Mr le Président de la République. En Novembre 2015 ici ; il y avait une case ici construite par un Français du nom de Joslin. En passant ici c’est le Président même qui a ordonné qui a dit de détruire cette case. Le Président ne peut pas ordonner de construire une telle chose. Le Président lui-même connait le lieu, il a ordonné de détruire la case. Est-ce qu’il peut ordonner de construire ici encore ? En passant ici, il est parti bloquer beaucoup de chantier. Effectivement ce que je dis, le Président n’est pas derrière, il n’est pas au courant. Parce que il a vu cette case ici, il a ordonné de détruire cette case.

Presse des Jeunes : Et si d’aventure l’état donnait raison aux Chinois ?

Barry Télico : Non je ne pense pas. Lorsque nous sommes passé ; ils ont été clair. Pour dire que c’est vrai. Ils ont payé les taxes et tout ça. Ils ont déjà payé quoi des redevances au niveau de la Banque Centrale.. Mais en ce qui est du permis ils n’en n’ont pas. Ils n’ont pas reçu de permis. Donc à ce niveau, je ne pense pas aussi que l’état acceptera de priver toute une jeunesse, toute une génération, arracher l’âme de la jeunesse de Cameroun au profit des intérêts individuels d’un particulier. Ce que nous faisons ici ce n’est pas parce que nous sommes xénophobes, on a rien contre les Chinois donc j’aurais préféré qu’on ne parle même pas de Chinois. Nous savons pertinemment les liens diplomatiques qui existent entre le peuple Guinéen et Chinois. Loin de là. Il ne faudrait pas créer d’amalgame. Malheureusement c’est des bailleurs Chinois qui sont là.

Presse des Jeunes : Est-ce que vous avez des soutiens au niveau de l’état ?

 

Barry Télico : Ecoutez nous nous suivons la procédure normale, c’est-à-dire nous adressons des courriers. Nous nous mobilisons, nous revendiquons. Nous demandons actuellement, nous exhortons à ce qu’on nous laisse le site pour que nous puissions nous exprimer nous épanouir. A ce niveau il ya deux démarches qui ont été menées. Donc là aujourd’hui nous n’allons pas citer les noms des personnes que nous avons pu contacter par rapport à nos démarches.

Presse des Jeunes : Est-ce que les familles dans les quartiers vous soutiennent ?

Barry Télico : Quand nous on est dedans et chacun de nous vient d’une famille et ce que nous faisons Moi c’est de temps en temps que je viens ici faire du sport. Mais comme moi je me mets devant. C’est parce que je pense à mes enfants. A l’état actuel ma femme est en état. Quand l’enfant viendra jouer ici comme tous les autres enfants. Donc pour moi il faut se battre pour que les jeunes aient où jouer. Pour moi ce n’est pas un intérêt individuel.

Presse des Jeunes : Est-ce que vous avez fait appel à d’autres associations de jeunesse des autres quartiers pour prêter main forte.

Entraineur Bangoura : Ce n’est pas nécessaire. Ce lieu là tout le monde le connait. Tout le monde vient ici. Même l’équipe Nationale vient ici : Ligue 1, Hafia, ASKaloum Horoya pour faire l’hivernage pour préparer le championnat. Qu’on informe ou pas ici c’est un lieu de jeunesse, les gens vont savoir de toute façon que cette plage est prise en otage par les Chinois. Et puis nous on n’a pas vu le permis de construire des Chinois. Du fait que l’état est le père de la Nation, Nous pensons que nous avons le droit de revendiquer mais pas de façon brutale. S’il s’avère que les Chinois ont raison, nous on ne discutera pas. Mais alors dans ce cas que l’on nous restitue le terrain de proximité qu’on nous a retirée à coté de la Paillote. S’il nous retire là bas et ici le terrain de Coléah sera bondé de monde. Car il plus de 1OOO clubs qui s’entraine là bas ! Il ya même des cochons qui vient chercher leur nourriture (rires) ! Or on ne joue pas avec les cochons (rires).

Presse des Jeunes : Est-ce que vous êtes sur d’obtenir gain de cause ?

 

Sanoh Ousmane : Je fais parti de la commission chargée de faire la négociation par rapport à ce site. Vous avez posé une question, je ne vais pas esquiver la question, mais je préfère commencer par une chose.

Ce n’est pas une question de plage, ce n’est pas une question de terrain. Notre terrain c’est de l’autre coté. C’est d’abord une question de bord de la mer.

Ensuite c’est seulement ici, vous-même vous le voyez il y a des étages par ci par là. C’est seulement ici ou le quartier reçoit du vent qui vient de la mer. C’est une question d’espace. Donc pour un peu recadrer la chose. Je ne vais pas revenir sur tout ce que les autres ont dit. Mais on a eu à mener beaucoup de démarches. DATU, Ministère et autres communes, Gouvernorat. Jusque là on a pas obtenu gain de cause. Nous réclamons notre droit de façon pacifique, et nous sommes prêts à aller partout où besoin sera. Nous ne nous laisserons pas berner.

Nous somme de réussir parce qu’on est avec des gens qui sont entrain de nous aider y compris le chef de quartier d’ici qui mène des démarches pour nous. Mais il mène son combat de façon solitaire. On ne peut pas l’ignorer. Merci au chef de quartier, au président de la jeunesse qui depuis 4 ans se bat. Et nous somme sur que cette fois-ci ça ne sera pas comme l’autre fois.

 

Presse des Jeunes : Votre dernier appel à lancer ?

 

Touré Alseny : Dernier appel à lancer c’est au niveau, Commune de Dixinn, Ministère des Sport, Travaux Publics, Habitat pour nous aider à avoir notre plage c’est le cri de cœur de la jeunesse que je lance.

Entraineur Aboubacar Bangoura : (en colère) Vous m’excusez très fort  Monsieur le journaliste! Il ya certains quand on leur parle d’ici, ils nous disent pourquoi on ne va pas à la Bluezone ! La Bluezone ce n’est pas un terrain qui prépare les joueurs. C’est un lieu de recréation de divertissement. C’est payant ! Ce n’est pas facile de former un joueur. Les gens doivent cessez de nous engueuler avec cette histoire de Bluezone !!

Barry Télico : le cri de cœur. Dans ce quartier j’ai grandi, près de 80% des jeunes de ma génération ont été pratiquement enterré au cimetière de Cameroun. Parce que arrivé à un certain moment, ils se sont lancé dans la consommation de l’alcool, du chanvre indien parce que y avait pas d’activités sportives. Donc je ne voudrais pas continuer à assister aux différents enterrements, aux obsèques de nos jeunes frères. Donc  c’est pourquoi je lance un appel, ça vient du cœur, qu’on nous aide à nous nous restituer le stade de proximité de la paillote, qu’on nous laisse la plage. C’est tout ce que nous avons comme beauté, comme fierté dans le quartier et qu’on nous aide aussi à avoir notre maison des jeunes. Puisque ça nous permet aussi d’avoir un cadre technique où les jeunes peuvent se retrouver et bénéficier des formations. Venez ici les samedis après l’ouverture, les enfants viennent viennent de partout Yimbayah, Gbessia, Sonfonia, Kissosso. Puisque c’est la seule plage depuis le drame de Rogbane. Compte tenu de l’ouverture qu’elle a , quel que soit l’activité que nous menons ici, en un laps de temps, on peut évacuer la plage. En termes de sécurité déjà c’est la. Et autre chose aussi, vous verrez que la principale activité ici c’est le sport. Même quand il yavait Chaka Waka ici c’est des boissons non alcoolisées qu’on vendait. C’est pourquoi on ne peut pas nous priver de cette plage. Vous verrez tous les jeunes viennent ici. Même l’académie Titi Camara est là. Vous avez vu le sable ! C’est une beauté que nous avons ! C’est un bijou !!

Touré Alseny : Le Président de la république a fait un décret interdisant de construire en bordure de mer. Je demande si ça existe ou pas. Le Président a interdit de construire en bordure de mer. Je veux savoir si ce décret est valable ou pas ?!!

  Interview réalisé par S@int-Scribe. Tél : (+224) 620 27-29-53 / 655 72-62-23

[/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 15/02/16″ ]

BOUTROS GHALI,  L’EX SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES  ET EX SECRETAIRE GENERAL DE LA FRANCOPHONIE A TIRE SA REVERENCE !!

17boutros-ghali-obituary-slide-H6N9-jumboL’ancien secrétaire général de l’ONU (1992-1996) est mort ce mardi 16 Février 2016 au Caire, à 93 ans. En dépit de son brillant parcours académique et diplomatique, Boutros Ghali n’avait pas su éviter les grandes tragédies dans les Balkans et au Rwanda. Voici le  portrait d’un grand diplomate et  séduisant intellectuel africain qui vient de  tirer sa révérence.

 Son parcours académique

boutros 1Boutros-Ghali est né au Caire, en Égypte, en 1922 dans une famille de chrétiens coptes. Il est  licencié en droit de l’université du Caire en 1946, il obtint un doctorat en droit international de l’université de Paris et le diplôme de l’Institut d’études politiques de Paris en 1949. En 1949 toujours, il devient professeur de droit international et de relations internationales à l’université du Caire, jusqu’en 1977. En 1965, il devient président de la Société égyptienne de droit international, et en 1975 président du Centre d’études politiques et stratégiques (Al-Ahram).

De 1954 à 1955 il obtient une bourse de recherche Fulbright à l’université Columbia, il fut aussi directeur du Centre de recherche de l’Académie de droit international de La Haye de 1963 à 1964, et professeur invité à la faculté de droit de l’université de Paris de 1967 à1968.

Entre Le Caire et Paris, Boutros Boutros Ghali partageait son temps entre des interventions à l’Unesco, à l’université de droit de La Haye et dans les médias égyptiens à qui il donnait de réguliers entretiens.

  • Son parcours diplomatique et politique

Boutros_Boutros-Ghali_in_DavosDéfenseur du tiers-monde, il est ministre égyptien des Affaires étrangères de 1977 jusqu’en 1991. Il prend alors le poste de vice-Premier ministre égyptien chargé des affaires étrangères auprès des Nations unies. Alors ministre des Affaires étrangères, il est avec son homologue israélien Moshe Dayan, l’un des principaux négociateurs des accords de paix israélo-arabes signés par Anouar el-Sadate et Menahem Begin en 1979.

Il prend les fonctions de secrétaire général des Nations unies le 1er janvier1992 pour un mandat de cinq ans. On retiendra sa contribution essentielle à la doctrine de la diplomatie préventive : l’Agenda pour la paix. Mais on lui reproche les échecs de la force onusienne en Yougoslavie, au Rwanda et au Sahara occidental. Kofi Annan lui succède au terme de son mandat, le 1er janvier 1997.

  • Son Savoir-faire

La chose la plus pertinente démontrant le savoir faire de Boutros Ghali est sans nul doute son passage à la tête de la diplomatie égyptienne, lorsque  les accords de Camp David, débouchant à  la restitution du Sinaï à l’Égypte. Sadate et le chef du gouvernement israélien, Menahem Begin, ont obtenu le prix Nobel de la paix, mais ce sont bien Boutros-Ghali et son homologue israélien Moshe Dayan qui ont été à la manœuvre.

Ce  savoir-faire a été déterminant pour  la succession en 1991 du Péruvien Javier Perez de Cuellar à la tête du secrétariat général de l’ONU. Puisque le  poste devait cette fois revenir à un Africain, Boutros-Ghali devient donc le premier représentant du continent noir à la tête des Nations unies.

Ce savoir faire encore lui a permis d’être  nommé secrétaire général de la francophonie de 1997 à 2002,.  Visionnaire, il a aussi été le premier à porter la Francophonie aux premières places de la diplomatie internationale.

« Précurseur, il a eu ces mots pour définir l’avenir de notre organisation : « la Francophonie sera subversive et imaginative ou ne sera pas » et bien sûr, il avait raison »,

« Je tiens à rendre hommage à un homme qui a œuvré sans relâche pour la paix dans le monde, pour la démocratie, les droits et les libertés. On ne dira jamais assez les efforts inlassables qu’il a déployés, tout au long de sa carrière universitaire, politique, diplomatique, pour faire reconnaître, respecter, progresser ces valeurs universelles. Altermondialiste, il avait une vision moderne et équitable du développement des pays du Sud »,

a déclaré Michelle JEAN l’actuelle Secrétaire Générale de la Francophonie en lui rendant hommage

Ce brillant parcours universitaire et diplomatique lui ont également permis d’être membre ou d’être hissé à la tête de nombreuses organisations, ou de recevoir des distinctions honorifiques tels que :

-Etre président du Curatorium de l’Académie de droit international de La Haye ;

-En avril 2007, il se voit accorder un doctorat honorifique de la part de l’Université du Québec à Chicoutimi (Canada, Québec, Saguenay).

-Il participe encore activement aux travaux de l’UNESCO, et en particulier aux Entretiens du xxie siècle.

-Le 4 mars 2009, Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine.

-À partir de 2009, Boutros Boutros-Ghali est également membre du jury du Prix pour la prévention des conflits décerné annuellement par la Fondation Chirac

-Grand-croix de la Légion d’honneur (remise le 26 octobre 1994 par le président François Mitterand2.).

-Compagnon honoraire de l’Ordre du Canada

-Docteur honoris causa de l’université Waseda3

  • Ses déboires :

Cependant en dépit  du brillant parcours de cet homme intellectuellement séduisant, est ternie quelque peu par l’echec de l’institution onusienne dans les balkans et au Rwanda.

En effet  L’éclatement de l’Union soviétique et du Bloc de l’Est auimages (2) début des années 90,  mettant à la bipolarisation du transforme les relations entre les pays; les lourdeurs de l’organisation onusienne, les intérêts contradictoires des pays membres, leur réticence à mettre la main à la poche sont autant d’entraves à son action. En 1994, avec le génocide rwandais, et, l’année suivante, avec la guerre en Bosnie-Herzégovine, deux conflits devenus symboles de l’impuissance des Nations Unies ;  l’empêchent d’être réélu, En guise d’illustration Boutros Ghali disait : «Je me sens humilié avec ce qui s’est passé au Rwanda. J’ai été l’un des premiers à parler de génocide mais je n’ai pas réussi à ébranler l’opinion publique. Les Etats sont restés insensibles à mes appels.»

Malgré ces infortunes Boutros Ghali est  omnipresent dans l’esprit des Africains surtout des jeunes que nous sommes. Et pour nous, il demeure toujours  comme celui qui fut le premier Africain à devenir Secretaire Général des Nations Unies et premier Africain à devenir premier secretaire général de la Francophonie. Ce reremarquable et séduisant parcours de cet universitaire nous rend plus que fiers, nous jeunes qui voulons lui ressembler.

 Par S@int-Scribe,

(+224) 655 72-62-23 / 620 27-29-53 /664 39-46-78.

 [/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 01/02/16″ ]

L’EMPLOI DES JEUNES EN GUINÉE, UNE VÉRITABLE PRÉOCCUPATION DE TOUS LES CITOYENS !! 

Vu la mauvaise gestion de l’état face à l’emploi jeunes, la situation de précarité des jeunes diplômés sortant des universités et grandes écoles est devenue inquiétante pour tous les citoyens. D’après le discours de campagne de l’actuel Président de la République qui s’exprime en ses termes, ‘’ je m’engage à nommer des hommes compétents par une culture du résultat destiné à améliorer les conditions de vie des millions Guinéens par l’intégration des jeunes et des femmes à l’emploi. ‘’ Selon moi il est temps que le gouvernement de Mamady YOULA prenne en compte l’emploi des jeunes à travers l’organisation de concours de recrutement crédible qui tiennent compte du  mérite des candidats tels que le concours du recrutement à l’enseignement Pré-Universitaire  et Technique et de Sécurité. Pour renforcer la vigilance et pour la protection des citoyens et de leurs biens et de mettre sur pied des plateformes  d’échange jeunes pour débattre et pour trouver solutions à cette problématique du chômage qui a atteint des proportions très importantes. De nos jours aucune action ou chantier ne peut se développer sans l’implication effective dans les phases de création et d’exécution, dans la prise de décision. Comme le disait un leader d’opinion : l’avenir de demain c’est la jeunesse. Par Thierno Mamadou Taïré BALDE, (+224) 622 24 28 72/ 657 18 41 47.

[/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 25/01/16″ ]Please insert your text here![/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 07/12/15″ ]

presse des jeunes  du lundi 7 décembre 2015                                        la une


Citoyenneté L’ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT ET LE SOUTIEN DE LA VERITE (ADSVG GUINEE CONAKRY) LANCE SON SLOGAN ‘’AIDONS LA JEUNESSE GUINEENNE A SORTIR DE L’ORNIERE’’ Interview du Président de l’Association pour le Développement et le Soutien de la Vérité (ADSVG Guinée Conakry). Qui lance son slogan ‘’Aidons la jeunesse Guinéenne à sortir de l’ornière’’ s’est prêté à nos questions . Presse des Jeunes : Votre Objectif Monsieur le Président ?  ADSVG : Aider la jeunesse Guinéenne à sortir de l’ornière car la plupart des Jeunes ne connaissent pas leurs objectifs. L’expérience aide l’homme à atteindre un certain sommet ; c’est pour cela nous avons pensé que grâce à la politique de la 3ème République au gouvernement du Prof Alpha CONDE. C’est une politique de rassemblement d’unité, d’aide pour le développement de la jeunesse. C’est l’objectif de la création de cette association ; participer à la construction de la nation Guinéenne. Quand tu aides la jeunesse, tu as aidé la Guinée. Nous nous avons pensé à mettre tous les Guinéens au même pied d’égalité, sans distinction de race, ni de couleur. Nous luttons contre le racisme, l’ethnocentrisme, le régionalisme, donc nous voulons développer l’auto suffisance alimentaire, l’emploi et la formation des jeunes de Guinée, parce que la Guinée est un bien commun. Tous les Guinéens nous lutons pour le respect du droit des jeunes et les femmes et nous luttons aussi contre la dégradation de l’environnement en général. P.J : Votre Mot de la Fin ? ADSVG : Je vous remercie Mr Baldé Tahiré du site www.pressedesjeunes.org de m’avoir porté confiance au programme fixé par notre association qui est l’œuvre salutaire, et je souhaite que la jeunesse Guinéenne vise un objectif qui est profitable dans le bon sens pour l’avenir de notre pays, notre tronc commun c’est la Guinée. Je vous remercie. Propos recueillis par Tahiré BALDE. Tél : +224 622 90-26-84

[/nextpage]

[nextpage title= »Presse des Jeunes du 30/11/16″ ]

presse des jeunes du lundi 30 Novembre 2015                                                                                                                     la une


LE MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE S’ENGAGE À PRENDRE EN CHARGE 5565 JEUNES FONCTIONNAIRES À LA FONCTION PUBLIQUE LORS D’UNE CONVENTION SIGNÉE LE 12 NOVEMBRE 2015  Ismaël SYLLA, un  jeune leader, membre d’un groupe de 621 jeunes non pris en charge, est impliqué fortement dans la lutte pour la prise en effective de ces jeunes fonctionnaires. Il s’est prêté volontiers à nos questions pour nous éclairer sur le processus qui a conduit à la signature de cette convention. Presse des Jeunes : Comment se nomme votre association ? Ismael SYLLA : ça se nomme le collectif des 621 de la fonction publique qui ont eu des arrêtés N 4374/MAEFP/du 5 NoSylla 621vembre 2008 P.J : Depuis quand existe votre association ? I.S :Depuis le 5 Novembre 2008 on a créé notre association pour la prise en charge des 621. P.J : Est-ce-qu’on peut savoir comment est-ce- que vous avez crée cette association ? Ca été créé par plusieurs membres. Il y a le premier groupe qui a été crée par Mr Conté, le deuxième groupe a été créé par Mr Facinet qui est actuellement assistant du ministre Secrétaire général de la Fonction Publique ; et le troisième groupe qui a été crée par moi-même est actuellement non pris en charge. P.J  :Est-ce-qu’on peut connaitre  quels sont les objectifs de votre mouvement ? I.S : Notre objectif c’est un combat pour la prise en charge des 92 nouveaux fonctionnaires sur les 621 engagé par arrêté 4374/MAEFP/2008. P.J  :Quelles sont les démarches que vous avez eu à entreprendre jusqu’à ce jour pour parvenir à la signature de cette convention ? I.S : Bon en fait nous avons été chez plusieurs Ministres. Nous avons commencé d’abord chez le Ministre Naité ; le Ministre de la Fonction Publique, après nous avons été chez le Ministre Kiridi Bangoura Sécretaire Général à la Présidence, après nous avons été chez le Ministre d’État, Président du comité des investissement, Mr Kassory Fofana, nous avons été chez le Ministre Délégué du Budget et enfin chez le Premier Ministre pour nous aider à signer cette convention. P.J : Est-ce que vous pensez que votre action que vous avez mené a connu une issue heureuse ? minstre sekou kourouma mfpremaI.S : Ça a connu une issue heureuse parce que le premier groupe qui a été engagé en 2009  par l’actuel directeur de l’informatique  au budget .Il a engagé plus de  159 fonctionnaire sur notre arrêté, ces 159  sont de nous. Mais nous on a pas eu la chance d’être engagé à ce moment et en 2012, le premier ministre aussi Mohamed Said Fofana a ordonné qu’ils vont prendre le groupe de 71 qui était piloté par notre ami Facinet Camara qui est actuel secrétaire du Ministre de la Fonction Publique. Parmi ce lot, il yavait plus de 50 insérés, nous on n’a pas eu la chance d’être la dedans. Ils avaient fait publier cette liste soi-disant pour faire un contrôle en 2010. Nous avons barricadé les portes de  la fonction publique. C’était l’arrivée du pouvoir de Mr Konaté. Il nous aappelé au téléphone lui-même. Il nous a dit : « les enfants ne barricadez pas la porte, essayez d’ouvrir la porte, je vais vous envoyer le Général Baldé. » Le Général Baldé avec le Premier Ministre Excellence Jean Marie Doré sont venus nous voir. Ils nous ont dit : « les enfants, dans deux semaines votre cas sera régularisé, on va tous vous prendre en charge » Après deux semaines il fait le communiqué pour notre prise en charge ; mais Mme Penda Diallo, ex ministre de la fonction publique elle, a plutôt affiché la liste de 71 dans laquelle  il n’y avait pas nos noms pour le contrôle. Cette liste a donc été déchirée parce qu’il y’ avait de l’injustice, on n’a pas vu notre nom. P.J  : Mais vous qui n’avez pas vu vos noms, vous étiez au nombre de combien ? I.S :On était au nombre de 92 qui n’avons pas vu notre nom sur cette liste de 621. P.J  : Sur un nombre 621, un nombre  de 71 seulement ont été affiché ? I.S : Oui sur les 621, un nombre de 71 seulement ont été affichés. Parce que nous on pensait que comme on avait contribué ; avant l’affichage ; on avait contribué de l’argent, on avait donné ça à Facinet pour faire la liste. Nous avons donné ça à Mr Eugène, à Mr Diao Baldé, avec l’ex ministre Penda Diallo, on nous a remis la liste à afficher pour le contrôle de demain. On a dit d’accord. Le lendemain nous sommes venus, on a vu que dans la liste nos noms ne figuraient pas. C’était une autre liste qu’ils ont fabriqué eux-mêmes qu’ils ont affiché. Nous avons grevé, nous avons déchiré cette liste. Nous avons dit ce n’est pas normal. C’est l’injustice totale qu’ils nous ont fait. Ils ont engagé des gens que nous n’avons jamais vus parmi le lot des gens qui ont barricadé les portes (ceux qui faisaient partie du lot des 621) de la Fonction Publique. Ils ont engagés ceux-ci là. En 2012 j’ai été voir Hadja Fatoumata Tounkara je lui ai expliqué le problème. Je lui ai dit : « Mme vous devez engager un lot de 71, mais dans ce lot il y a beaucoup parmi nous qui ne sont pas sur cette liste, et sur cette liste il y a de gens qui sont sur l’arrêté 621 » Elle m’a dit  que non cette  c’est pas seulement  les 71, cette liste appartient à tous les 621. Je lui ai dit : « Mme je suis bien renseigné, cette liste ça va sortir le 5 Octobre 2012 » Elle m’a dit je vais afficher une liste 71. P.J   : À part les 71 les autres qui faisaient partie des 621 ou ils sont ? I.S : Ils sont là jusqu’à présent leur cas n’a pas été régularisé. Ils sont à la fonction Publique. Ils travaillent tous. Ils sont tous des fonctionnaires la bas. Quand vous partez chaque jour  vous allez devant le ministre de la fonction publique, devant le secrétariat général, devant le chef cabinet, devant les directeurs, ils sont toujours assis dans les bureaux là bas. P.J  :Ah donc y a parmi les 621 qui sont à la fonction publique ? I.S : Ils sont là bas. Ils sont nombreux mails n’ont pas de salaire. Ils ne sont pas pris en charge. Ils ont des matricules tout et tout, ils n’ont pas de salaires. Parce qu’ils ont eu l’injustice ont les a tous écarté. P.J. : Vous les 621 est-ce que vous avez fait un concours pour accéder à la fonction publique ? I.S : Oui il y a beaucoup qui avaient fait des concours en 2005. En 2008 l’arrivée de Mme Dr Makalé Traoré, ex Ministre de la fonction publique. Elle a dit qu’elle va faire un arrêté à tous ceux qui ont fait des concours. Elle aussi en faisant l’arrêté, elle a fait un arrêté de 629 .Au lie de 621, elle a fait un arrêté de 629. L’arrêté  621 ce n’est pas l’arrêté  original. Parce que  l’arrêté  629 il a eu des infiltrés la dessus, qui n’ont pas fait le concours. P.J.  : Cet arrêt de 621 c’est sorti avant la proclamation des résultats de ceux qui ont fait le concours de 2005 ou après ? C’est après les résultats. Un arrêté de 629. C’est ce qui était enregistré au niveau de l’informatique, mais en faisant l’arrêté elle a dit 621. C’est qui était enregistré au niveau des fichiers administratifs de la fonction publique. C’était 629. Maintenant en tirant elle a fait 621. photo sekou kouroumaP.J  :Avec cette convention qui vient d’être signée le 12 Novembre 2015 est-ce que vous les 621 vous êtes pris en compte dans cet arrêté là ? I.S : Bon j’ai rencontré plusieurs fois le ministre de la fonction publique, je lui avais demandé quelle est l’évolution du dossier puisque nous on fait partie de 621. Nous avons nos arrêtés, nos matricules. J’ai aussi peur que demain qu’il y ait de l’injustice encore parmi les 621. Je suis un leader des 621 mais je n’ai pas vu mon nom comme leader dans cette liste. Il m’a dit : « vos dossiers que vous avez donné à Mr Eugène, il va faire remonter le dossier à mon niveau. Tous les gens qui ont des arrêtés on va les engager. » J’ai dit d’accord tant mieux si c’est le cas, on va vous suivre. P.J  :Dans le procès-verbal un nombre total de 5565 fonctionnaires qui doivent être pris en charge dans cette convention. Est-ce que vous avez vérifié que vous les 621 faites partie de ces 5565 ? I.S : Bon la liste n’a pas été affichée d’abord. On n’a pas accès à la liste d’abord. Ça aussi c’est l’inquiétude du groupe des 621. P.J  : Est-ce que vous êtes sûr que cette convention-là va déboucher réellement sur votre prise en charge ? I.S : Oui je suis vraiment sûr P.J  :Qu’est-ce qui vous le faire dire ? I.S : Parce que ça fait des années, il n’ y aucun ministre qui a signé ça d’abord. C’est le seul ministre de la fonction publique, Le ministre KOUROUMA, qui a eu l’initiative de cette convention. P.J  :et on parle aussi d’une commission qui sera mise en place pour pouvoir piloter cette convention. Est-ce que vous vous faites partie de cette commission ? I.S : En fait, je ne fais pas partie de la commission d’abord. Cette commission est pilotée par Mme Tetine qui est directrice adjointe du directeur national des emplois et carrières. Cette commission  est pilotée par elle d’abord. Ce n’est pas à nous de gérer ça. P.J  : Quels sont vos rapports avec les autre groupes qui luttent  comme vous pour être parmi les 5565 ? I.S : En fait-il ya plusieurs groupes que j’ai réunis. Le groupe de Kolié, qui n’avait d’arrêté ; ils avaient juste un arrêté administratifs. On se battait pour qu’eux aussi soient à notre niveau ; avoir un arrêté, un matricule. Le groupe de Mohamed Kouyaté aussi et le groupe de Ismael Dioubaté qui se battent aussi pour gagner un arrêté avec un matricule comme nous. Nous y reviendrons dans nos prochaines publications. Auteur: S@int-Scribe. Tél : +224 655 72-62-23 / 664 39-46-78/ 620 27-29-53

[/nextpage]

 

 

The following two tabs change content below.

S@int-Scribe

Derniers articles parS@int-Scribe (voir tous)


Aller à la barre d’outils